economie-solidaire_valeurs_solidarite

Voeux 2019 : Le corps sensible, vecteur de paix

En cette nouvelle année 2019, je sens une aspiration à questionner et éveiller la dimension spirituelle et philosophique du corps.
Je vous présente mes voeux  sous la forme  d’un partage de réflexions et d’interrogations, comme une lettre ouverte, une invitation à nous mettre en chemin, ensemble. 

« La découverte même du corps EST un acte spirituel. Les sensations, la compréhension de la totalité, permettent de saisir comme tout est lié. » Gerda Alexander, Entretiens de Talloires sur l’eutonie (1986)

Éveiller le corps sensible, c’est questionner  notre manière d’ être au monde, et notre relation au vivant.  Comment est-ce que je touche le monde, et comment suis-je touchée par lui ?  Suis-je conscient(e)de ce que je reçois,  et ai-je appris à l’accueillir et à le transformer ?  Ceux sont les sensations qui nous permettent de nous « savoir » vivants. Il n’y a donc pas d’autre corps à vivre que notre corps du moment. Avons nous appris à observer et accueillir ce qui est là, maintenant, au présent, comme la seule réalité qui vaille d’être vécue ? Nous sentons et vivons le monde au travers de notre corps. Ainsi, est-ce bien raisonnable de n’envisager le corps que dans une dimension utile et fonctionnelle ? Donnons nous le temps de sentir et d’observer. Ai-je assez d’espace à l’intérieur pour permettre à la vie  de s’exprimer, de circuler, et de rayonner, en moi et autour de moi ?  Suis-je assez en lien et en paix avec moi-même pour accueillir l’autre en tant qu’autre ? Devenir des êtres sensibles, c’est choisir d’ aller dans le sens du vivant,  c’est jouer le jeu de cette perpétuelle recherche d’équilibre et d’harmonie que la vie elle-même impose. Je nous souhaite à tous, de permettre à la vie de s’inviter et de s’épanouir en nous et autour de nous, dans un mouvement de paix.

error: Contenu protégé !