Pratiquer l’eutonie chez soi 01: Le sol

 » Où que vous soyez, et quelque soit la position que vous avez choisi ou qui s’est imposée par le contexte environnant, que vous soyez debout, allongés, assis, prenez le temps de vous demander comment vous vous sentez, là maintenant. Qu’est-ce qui se manifeste et se révèle à vous lorsque vous ne faites rien…rien d’autre que d’être présents à vos sensations, à vous-même. Amenez votre attention dans la présence du sol. Le sol est toujours là, que nous en ayons conscience ou pas. …Je vous propose de partir explorer ce sol par le toucher. Glissez ou en frottez un pied sur celui-ci si vous êtes debout, touchez le sol avec la main si vous êtes assis, glissez ou frottez un pied, une jambe, une main ou la tête sur le sol si vous êtes allongé. Si vous êtes assis ou debout, peut-être ressentez-vous l’envie de vous rapprocher du sol, d’aller davantage à sa rencontre, avec tout votre corps. Si c’est le cas, et que l’espace autour de vous le permet, offrez vous cette liberté … Pour chacun, laissez votre mouvement émerger de votre curiosité pour le sol. Intéressez vous à sa qualité, sa texture, sa température, qu’est-ce que vous pouvez connaître de ce sol par le toucher ? Prenez le temps de conclure cette expérience pour aller vers une position de repos, une position agréable, dans laquelle vous pouvez rester. Idéalement une position où pourriez avoir le plus de toucher possible avec le sol, par exemple allongé sur le dos. Lorsque vous êtes installé, prenez un petit temps d’écoute, d’accueil de ce qui est là maintenant, des sensations qui font suite à l’exploration du sol. Vous avez à tout moment la possibilité d’aménager votre position, en plaçant  par exemple un coussin sous les genoux ou une chaise sous les jambes si vous sentez que ça tiraille dans le bas du dos, ou encore une petite couverture sous la nuque ou la tête si besoin, et tout autre aménagement qui vous permettrait de vivre une situation de passivité, de détente – Je vous invite à présent, dans cette position de repos, à basculer cette fois votre attention vers la sensation de toucher que vous recevez du sol. Où est-ce que le sol vous touche, au niveau des pieds, des jambes du bassin, du dos, de la tête, des bras, des mains ? Et comment est-ce qu’il vous touche ? Est-ce que vous ressentez la présence du sol de la même manière sous vos pieds que sous votre bassin ou votre tête, est-ce que votre relation au sol est la même à droite et à gauche ? Amusez vous à voyager ainsi à travers les régions du corps qui sont directement touchées par le sol. A quelle qualité de tissus est-ce que ce toucher vous renvoie ? Est-ce un tissu mou, dur, souple ? Continuez à voyager librement d’une surface de toucher à l’autre, en vous demandant si la présence du sol vous donne à sentir votre peau, votre enveloppe, ou vous donne à sentir votre matière musculaire, ou encore vous donne accès à votre matière osseuse, solide. Voyez comment les surfaces de toucher mettent aussi en lumière celles qui ne le sont pas, et peuvent ainsi amener à votre conscience la forme de votre corps, ses courbes, ses creux… Dans la globalité, qu’est-ce que le sol vous donne à sentir de votre propre corps. Si vous ressentez maintenant un besoin ou une impulsion de mouvement, permettez-vous d’y répondre, en faisant preuve de douceur et de bienveillance pour vous-même. Un petit temps de mouvement, au sol ou assis selon l’espace dans lequel vous évoluez, pour délier vos articulations, pour offrir à votre corps l’étirement dont il aurait besoin, pour laisser votre corps bailler et se déployer dans l’espace, un mouvement qui irait plutôt dans le sens de l’ouverture. Puis allez de nouveau vers une situation d’immobilité, dans la position de votre choix. Le sol est toujours là n’est-ce pas ? Voyez si vous pouvez vous laissez porter et soutenir par le sol. Le sol, qui n’est-ce pas ce qui nous réunit tous ? Qu’avons-nous de plus commun et de plus unifiant que le sol ? Prenez le temps de terminer ce temps d’exploration tranquillement, à votre manière. Vous pouvez noter pour vous-même quelques mots qui pourraient refléter votre vécu, votre expérience, ou même les nommer à voix haute. Merci à vous, et merci au sol. »

error: Contenu protégé !